Logo
Bienvenue Le Conseil d'Administration Nouvelles Expresses Base de données

bouton.gif ASA Rassemblement Annuelle 1995

Rencontre 1995 de l’Association des Séguin d’Amérique

Hawkesbury, 2 et 3 septembre 1995

Seguin

Si l'on juge la vitalité d'une association par la quantité et la qualité de ses membres, on peut affirmer que l'association des Séguin est dynamique et en pleine santé. En effet plus de cinq cents Séguin se sont déplacés pour fêter le cinquième anniversaire de sa fondation à Hawkesbury les 2 et 3 septembre 1995.

La Ville d'Hawkesbury est située au sud-est de la province d'Ontario sur les bords de la rivière des Outaouais. Cette Ville de 10,000 habitants est industrielle et très active. Durant ces dernières années, la Ville a perdu quelques industries s'alimentant du bois, mais grâce au travail des élus municipaux et des organismes locaux, plusieurs nouvelles s’y sont installées.

Ce samedi 2 septembre, les Séguin envahissent Hawkesbury. Le maire de la Ville, Lucien Berniquez, nous invite à l'Hôtel de Ville où on nous sert vin et canapés. Réception chaleureuse; merci, monsieur le maire. Notre séjour commence sur un bon pied. Nous sommes les bienvenus. Beaucoup portent les chandails des Séguin: on se reconnait et on se salue comme des frères dans la rue. Les Séguin viennent de partout: de l'Ontario, du Québec et des Etats-Unis.

Des tours de Ville sont organisés. Étant allé bien souvent à Hawkesbury, je me demandais bien ce qu'on pouvait y voir de plus. Attention! On nous fera visiter des points intéressants et inconnus de la plupart d'entre nous.

D'abord on nous amène au Manoir du Canal à Grenville, immense maison bien conservée, bâtie en 1809 par monsieur Mc Millan. Permission spéciale est donnée aux Séguin pour pénétrer en groupe dans cet endroit. On s'arrête ensuite à la Maison de l'Ile construite en 1830. Cette maison sert de salle d'exposition aux artistes locaux.

Magnifique! A quelques kilomètres de la ville, une autre maison attire notre attention: il s'agit de la maison Firex construite en 1805 et complétée en 1821 par Alexander Grant, membre du Conseil exécutif de la province d'Ontario. Avec ses murs épais qui servent d'isolant, ses nombreux foyers pour la chauffer et ses planches larges qui couvrent le plancher, cette maison est la digne représentante des constructions de l'époque. Au Canada, on s'émerveille devant un bâtiment construit il y a deux cents ans. Il tient presque du miracle que ces bâtisses tiennent encore debout à cause du climat rigoureux. Un point a piqué mon attention: le pin encore très sain qui se dresse, majestueux et fier, du côté nord de la maison: une merveille de la nature. Il devait être déjà centenaire lors de l'érection de la maison. S'il pouvait parler!

L'église protestante de Holy Trinity qui date de 1844 domine les environs. Un objet dut frapper ceux qui firent le voyage en France en 1993: le lutrin. Lors de ce voyage, nous avons visité l'église de Jaméricourt en Picardie pour admirer le lutrin sculpté dans le chêne et surmonté d'un aigle; nous croyions qu'il avait servi à Laurent, père de notre ancêtre et maître de chapelle. Le lutrin de l'église protestante a les mêmes formes mais il est fabriqué en laiton.

La soirée du samedi soir est animée par le groupe de La Tuque Bleue. Ces quatre jeunes garçons natifs de la région, aidés par un adulte, ont la "piqûre" du folklore. Au son de leur musique et de leur voix, nous ne pouvons rester en place; ils nous enflamment. J'ai admiré ces jeunes qui jouent notre musique traditionnelle si riche et si enlevante, musique qui est comme incrustée dans nos os. Durant cinq heures, ils jouent des reels, chantent des chansons à répondre et même des complaintes, pièces toujours dans le mode mineur et si difficiles à chanter. Je souhaite longue vie à ce groupe et qu'il continue à faire connaître la musique de chez nous.

Tout se passe tellement bien qu'il est normal que les Séguin aillent remercier le Seigneur lors de la messe dominicale à l'église St-Alphonse de Liguori. L'Abbé Gérard Séguin accompagné de l'Abbé Jean-Baptiste Séguin et du Père Edouard Séguin c.s.v. dit la messe. Monsieur Michel Séguin, Sulpicien, vice-recteur du Grand Séminaire de Montréal, prononce l'homélie. Les chants sont exécutés par un chanteur qui s'accompagne à la guitare. C’est une messe western. On est entraîné à chanter aux rythmes joyeux et sautillants. Après la messe, lors de la photographie du groupe, Belle, la chèvre, a tenu à nous accompagner.

Après un brunch succulent, les Séguin se dirigeront vers la salle de l'école Paul VI où se déroulera l'assemblée générale. Notre trésorier, Raymond Séguin, continue de multiplier les miracles. L'association termine toujours l'année avec des surplus. Un nouveau directeur est élu en la personne de Michel Séguin. La présidente, Yolande Séguin-Pharand, à la surprise de sa vie lorsque le peintre Guy Séguin en personne lui offre une de ses peintures. Félicitations, madame, et merci, monsieur Séguin. Lors de cette réunion, nous apprenons le nom de la gagnante du concours de la chanson-thème de l'association; Ghislaine Séguin Van Dyck gagne le premier prix.

Sur l'air de À la claire fontaine, nous chanterons dorénavant: Terre nouvelle, Ah! Je t'aime, Toujours te respecterai.

Le clou de la fin de semaine est sans contredit la croisière sur la rivière des Outaouais à bord du Jacques-Cartier. Trois cent quarante Séguin montent à bord pour un périple de quatre heures. Cette rivière coule du nord au sud-est et draine le Témiscamingue et le sud-ouest de l'Abitibi pour se jeter dans le St-Laurent près de Montréal. Elle sert de frontière naturelle entre la province de Québec et celle d'Ontario sur la majeure partie de son cours.

L'atmosphère sur le Jacques-Cartier est joyeuse; c'est la fête. L'animateur et propriétaire du navire, le Capitaine Luc Harvey, sait entretenir ses voyageurs par des explications judicieuses, des chansons et des anecdotes et cela avec humour. La vue panoramique qu'on embrasse à partir du navire est surprenante. Je ne pourrai jamais oublier notre passage dans le chenal Dubé dans la pénombre. Le navire diminue sa vitesse et glisse sur l'onde sans bruit; on a l'impression d'entrer dans une oasis de paix, un paradis. On entend le silence. Le retour s'effectue beaucoup plus rapidement dans la noirceur complète; seules quelques bouées indiquent le passage.

Enfin tous sortent du bateau heureux, donnant la main aux directeurs et s'en retournent satisfaits de leur croisière et de leur fin de semaine.

Gens d’Hawkesbury, grand merci! Tous nos remerciements vont au comité organisateur sous la présidence de Laurier Séguin qui a conduit son groupe avec tact et énergie. Rien ne fut oublié ou négligé. Vous nous avez fait passer deux jours inoubliables. Merci à vous tous.

Adhémar Séguin #030
Pincourt QC